Les officialités normandes et la lutte contre les mariages clandestins à la fin du Moyen Age - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2014

Les officialités normandes et la lutte contre les mariages clandestins à la fin du Moyen Age

(1) , (2) ,
1
2

Résumé

Il s’agit de préciser ce que les tribunaux poursuivent au titre de la lutte contre lesmariages informels, ce que cela révèle du rôle que la cour diocésaine entend jouer dans le contrôle du processus matrimonial, et de quelle manière les officialités ont pu profiter de la définition in fine extensive de la clandestinité pour mettre au point des instruments de renforcement de l’autorité diocésaine (notamment par le contrôle de la mobilité matrimoniale). De nombreuses infractions dénoncées concernent les promesses de mariage suivies de relations charnelles qui font présumer un consentement de présent. Au stade de l’échange des paroles de présent, les mariages clandestins mis à l’amende sont des mariages marqués par un déficit de preuves, ou conclus sans publication préalable des bans, célébrés dans une autre paroisse que la « propre paroisse » des époux, ou sans respect de formes réglementaires imposées par les évêques, notamment pour contrôler les mariages des extradiocésains, par la présentation de lettres testimoniales ou de dispense de bans, dont on constate la standardisation croissante à la fin du XVe siècle. Au nom de la lutte contre ces irrégularités matrimoniales, les autorités diocésaines rouennaises ont renforcé et élargi toujours plus leurs exigences réglementaires. Les candidats au mariage en paient le prix : pour faire régulariser a posteriori leur union ou pour s’acquitter de l’amende due, mais aussi pour obtenir les certifications nécessaires afin de se prémunir contre toute irrégularité. Les célébrants en paient également le prix quand ils pensent pouvoir se contenter de lettres certificatoires de publication de bans délivrées ailleurs que dans la juridiction rouennaise. Les officialités, comme instance de mise en ordre matrimonial, permettent ainsi aux autorités diocésaines de s’imposer comme gardiennes du salut des couples tout en préservant et renforçant leur assise juridictionnelle.

Fichier non déposé

Dates et versions

hal-03431105 , version 1 (16-11-2021)

Identifiants

  • HAL Id : hal-03431105 , version 1
  • OKINA : ua12461

Citer

Carole Avignon, Véronique Beaulande-Barraud, Martine Charageat. Les officialités normandes et la lutte contre les mariages clandestins à la fin du Moyen Age. Colloque international de Troyes, 2014, Turnhout, Belgique. pp.227-244. ⟨hal-03431105⟩
6 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More