Se souvenir qu'il faut oublier: Marc Antoine et l'art de l'oubli augustéen - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Images Re-Vues Année : 2014

Se souvenir qu'il faut oublier: Marc Antoine et l'art de l'oubli augustéen

, (1)
1

Résumé

This article provides a viewpoint on historical, epigraphic and literary proofs that testify of a complex form of damnatio memoriae against Mark Antony, Octavian’s enemy, the Augustus to be. The very notion of damnatio memoriae, which consists of a condemnation of the memory of a given individual, raises issues regarding Mark Antony. The first part of this article discusses various elements to attempt to explore whether or not Mark Antony has actually been victim of this type of memory condemnation, orchestrated by the princeps. The second part examines poetical references to the character of Mark Antony in Vergil’s, Propertius’ and Horace’s works, which confirm the application of a political strategy of forgetting targeting the defeated enemy. Between said and unsaid, Mark Antony’s character is subject to a poetical stigmatization, sometimes focusing on its name itself, sometimes applied under allusive form, like a kind of infamia that reinforces and confirms the analysis performed in the first part of the article. One must remember that one must forget: this could be the most applicable saying when it comes to the study of the treatment of Mark Antony’s memory during the Augustan period.

Cet article se propose de mettre en perspective les attestations historiques, épigraphiques et littéraires qui témoignent d’une forme complexe de damnatio memoriae contre le personnage de Marc Antoine, l’ennemi d’Octave, le futur Auguste. La notion même de damnatio memoriae, c’est-à-dire de condamnation du souvenir d’un individu, pose problème au sujet de Marc Antoine et la première partie de l’article consiste en une discussion des divers éléments pour tenter de définir si Marc Antoine a réellement été la victime de ce type d’atteintes mémorielles orchestrées par le princeps. La seconde partie examine les références poétiques au personnage dans les œuvres de Virgile, Properce et Horace, qui viennent confirmer la mise en place d’une stratégie politique d’oubli à l’égard de l’ennemi vaincu. Entre dit et non-dit, le personnage de Marc Antoine est ainsi l’objet d’une flétrissure poétique, parfois appuyée sur le nom même du personnage et parfois pratiquée sous forme allusive, d’une sorte d’infamia qui vient conforter l’analyse opérée en première partie du dossier. Il faut se souvenir qu’il faut oublier : telle pourrait être la formule adaptée à l’étude du traitement de la mémoire de Marc Antoine à l’époque augustéenne.

Fichier principal
Vignette du fichier
imagesrevues-3843-12-se-souvenir-qu-il-faut-oublier-marc-antoine-et-l-art-de-l-oubli-augusteen.pdf (250.65 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Accord explicite pour ce dépôt

Dates et versions

hal-03377964 , version 1 (14-10-2021)

Identifiants

  • HAL Id : hal-03377964 , version 1
  • OKINA : ua9646

Citer

Virginie Hollard, Emmanuelle Raymond. Se souvenir qu'il faut oublier: Marc Antoine et l'art de l'oubli augustéen. Images Re-Vues, 2014, 12, Non spécifié. ⟨hal-03377964⟩

Collections

UNIV-ANGERS
17 Consultations
18 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More